Vue de l'intérieur

Histoire & Architecture

 

Histoire

La Synagogue des Tournelles a été consacrée au culte de rite achkénaze le 15 septembre 1876 à l'occasion des fêtes de la nouvelle année de Tichri.

Elle est alors fréquentée par des juifs originaires d'Alsace et de Lorraine auxquels s'adjoignent plus tard les émigrés de Pologne, de la Russie tsariste et des différents pays d'Europe centrale.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 1941, un attentat est organisé par le Mouvement social révolutionnaire (MSR), parti d'extrême droite fondé par Eugène Deloncle.

Après la guerre, le minyan (quorum de dix personnes minimum) est difficilement réuni. En 1958, la synagogue est affectée au rite sépharade à l'initiative d'Edmond Ténoudji (zal, ancien vice-président du Consistoire Central et ancien Président du Consistoire de Paris).

De 1948 à 1960, le rabbin est le Docteur David Feuerwerker (1912-1980, zal). Il sera le dernier rabbin achkénaze de la synagogue. Depuis, les rabbins suivants s'y sont succédé : Meyer Abraham Halevi (de 1963 à 1972, zal), Simon Morali (zal), Salomon Attiach (zal), Roger Touitou (de 1984 à 2004). Depuis 2005, le rabbin Yves-Henri Marciano officie.

 

Architecture

En 1872, Marcellin-Emmanuel Varcollier, élève de Baltard, architecte par ailleurs de la mairie du 18e, fut désigné pour la construction de la synagogue. Sa construction a été achevée en 1876.

La synagogue offre un exemple intéressant de l'emploi du métal dans la construction, grâce au travail réalisé par les forges et ateliers de Normandie qui, à cette époque, bénéficient du concours de l'ingénieur Gustave Eiffel.

De la façade de la rue des Tournelles, ornée d'un vitrail en rosace, se détachent des sculptures représentant les rouleaux de la Loi avec un texte en hébreu.

Au centre, deux écussons de la ville de Paris attestent du titre de propriété de la synagogue qui fait partie du domaine public municipal, en raison de la contribution financière apportée par la ville au moment de la construction.

À l'intérieur, le péristyle ouvre sur une nef de 21 mètres de largeur terminée par une nef semi-circulaire où se trouve l'Arche sainte, protégée par une imposante double porte en fer forgé, qui abrite de nombreux Sefer Torah disposés côte à côte en demi-cercle. int1

 

La synagogue comporte deux étages. Par son volume, cette synagogue est la deuxième plus grande de Paris, après celle de la rue de la Victoire.

 

Ci-dessous la vue sur l'orgue de la synagogue.

 

int org

 

 

 

 

 

 

 

 int orgue2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

 

 tournelles2 

  tournelles3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche un mariage, à droite un autre mariage avec les rabbins Morali et Attiach.

 

Certaines photos sont extraites du livre de Paul Attali "Les Tournelles une grande synagogue parisienne".


Imprimer